Nos actualités

Découvrez toutes nos informations et événements sur cette page et suivez-nous sur Facebook !

Notre article dans le bulletin municipal de juillet

Chères Vernaisonnaises, chers Vernaisonnais.

La période estivale a débuté et notre ville va vivre, nous l’espérons, au rythme des longues soirées festives et conviviales. Le Rhône et ses berges, chers à Bernard Clavel, nous offriront pour sûr ce cadre bucolique si caractéristique de Vernaison.

Nous avons tous encore en tête l’immense joie d’une coupe du monde de football masculin ramenée par notre équipe nationale il y a déjà 1 an. A l’heure où cet article est rédigé, nous soutenons le Onze féminin qui, nous l’espérons, ira aussi loin.

Ce fameux 15 juillet 2018, jour de victoire, avait également été jour de tempête, ici, à Vernaison. Gageons que cette année nous épargne de tels déluges, sans quoi le nouveau réseau d’évacuation d’eau du chemin des Gaupières sera rapidement mis à l’épreuve. Avec succès espérons-le.

En juillet, deux mois se seront écoulés depuis le vote du PLU-H à la Métropole. Si le maire semble infirmer l’installation de l’entreprise Chapelan sur l’île de la Table Ronde, il n’aura échappé à personne que le nouveau PLU aura supprimé la quasi-totalité du zonage « Espace boisé classé » du nord de l’île, ouvrant des possibilités inquiétantes pour l’avenir.

Enfin, la tranquillité publique étant un droit pour tous, espérons que les feux de poubelles qui ont repris de plus belle au quartier du Péronnet resteront anecdotiques cet été, permettant aux résidents, mais également à tous les Vernaisonnais, de pouvoir profiter pleinement d’un cadre de vie apaisé.

Nous vous souhaitons, à tous, un bel été. 


Les élus du groupe Ensemble pour Vernaison



La ViaRhôna

Cette voie « modes doux », créée en 2008 et longue de 815 km, permet de rallier le Lac Léman à la mer Méditerranée à vélo.
L’un des derniers tronçons à réaliser est celui situé entre Lyon et Loire-sur-Rhône.  Initialement prévu sur la rive gauche du Rhône, il passera finalement par la rive droite, offrant ainsi de formidables opportunités à l’ensemble des communes concernées, dont Vernaison.

La Via-Rhôna, c’est 
Le développement des modes doux !
Une meilleure attractivité économique !
Toujours plus de mobilité !
Une opportunité touristique !

En chiffres :
95% du tronçon en voie verte,
Une enveloppe budgétaire de 7,8 millions d’euros,
Démarrage des travaux en 2020,
18 km de voie entre Pierre-Bénite et Givors.

Source : https://wwwecktiv.nl/twee-meerdaagse-fietsreizen-franse-rhona-5-19/kaart-viarhona/

L’atelier débat du 9 mai 2019 aura permis d’échanger avec les Vernaisonnais et de mettre en exergue les problématiques de transport omniprésentes à l’échelle de Vernaison, mais également sur l’ensemble du territoire du sud-ouest lyonnais.


Si la voiture reste un moyen incontournable pour faciliter nos déplacements dans et en dehors de la métropole de Lyon, le déploiement des transports en commun est incontournable, tant au regard des enjeux environnementaux que de mobilité.


En fin de réunion, les participants auront exprimé leur regret de ne pas avoir été consultés au sujet du pont de Vernaison. L’idée qu’un nouveau pont puisse venir compléter l’ancien est dans la tête de tout un chacun.


En effet, si notre centre-ville doit rester vivant et dynamique, l’étude d’un nouveau pont est par exemple l’occasion de repenser sa trajectoire et, pourquoi pas, d’éliminer spécifiquement le trafic de transit de notre cœur de ville.

Le projet RER Sud

Financé par la Région Auvergne-Rhône-Alpes et par la SNCF, ce projet consiste à envisager la mutation de la voie ferrée longeant la rive droite du Rhône en voie RER (Réseau Express Régional).
Cette voie rallierait Condrieu à Perrache, en passant naturellement par Vernaison.

1. Vernaison mieux desservie 

– Une cadence de passages de trains toutes les 15 minutes (contre 30 minutes actuellement).

– Une liaison reliant Condrieu à Perrache.

– Un véritable enjeu face à l’étalement urbain en périphérie lyonnaise.

– Un nouvel élan pour les transports en commun face à la surcharge des axes routiers (Nœud A450/A7, Pont de Vernaison, etc).

– Un projet qui pourrait impliquer l’enfouissement du passage à niveau de Vernaison.

2. Un projet durable

– Une alternative responsable et écologique, moins polluante que la voiture.

– Une opportunité de synchroniser les horaires bus/train à Vernaison pour une optimisation des temps de déplacements de chacun.

– Une opportunité de demander une tarification commune avec les autres transports urbains (métro, bus).



La mobilité au cœur de notre ville

Le secteur territorial des Lônes et Côteaux du Rhône, qui s’étend de Ste Foy lès Lyon à Givors, est assorti de pôles générateurs de trafic (centres commerciaux St Genis 2, Givors 2 Vallées), de centres-villes urbains (Oullins, St Genis Laval), d’hôpitaux (Lyon Sud) et de plusieurs accès vers l’autoroute A7. Située au cœur de ce bassin de vie riche de plus de 130 000 habitants, notre commune de Vernaison joue un rôle majeur de porte d’entrée sur la rive droite du Rhône.

L’atelier débat organisé par « Ensemble pour Vernaison » le 9 mai 2019, débat dédié à la mobilité et aux déplacements, fut l’occasion d’échanger sur les nombreuses problématiques de circulation et de transports sur notre commune. Jérôme Moroge, Conseiller régional et Maire de Pierre-Bénite, était notamment venu présenter deux projets ambitieux pour la rive droite du Rhône, deux formidables opportunités, notamment pour notre commune !

Un excédent budgétaire fumeux

Alors que l’endettement communal est élevé, on s’étonnera des chiffres pompeux annoncés par la majorité en cette fin de mandat.

La majorité annonçait vouloir se détourner de l’emprunt, cherchant de nouvelles sources de financements. Elle évoquait notamment « des fonds métropolitains et des fonds européens », ainsi que provenant d’une multitude d’institutions.
Elle aurait également pu s’appuyer sur son excédent affiché de 1 145 000 € en 2017 pour financer la réhabilitation de la salle des fêtes et la restauration du gymnase. Force est de constater qu’il n’en est rien, la majorité a préféré encore emprunter. De même, l’extension du gymnase annoncée pour 2019 ne sera réalisée qu’en 2020, en raison de la révision du PLU-H. Pourtant, un nouvel emprunt de 520 000 € est inscrit au budget 2019.

La majorité a largement pointé du doigt l’endettement communal, promettant, pendant sa campagne, de REDUIRE la dette. Pourtant, après une baisse prévisible en début de mandat, celle-ci repart à la hausse depuis 2017.


Chaque début d’année, la majorité aura systématiquement pris le parti d’annoncer des dépenses prévisionnelles largement surestimées, tout en étant incapable de les réaliser, d’où l’importance des excédents budgétaires en fin d’année. Pour autant, ces excédents n’auront pas permis de mieux investir puisque la majorité a continué à emprunter.
Le taux de réalisation des investissements annoncés aura finalement été limité durant ces 4 dernières années à Vernaison, prouvant l’incapacité de la municipalité à mettre en œuvre les projets qu’elle avance.
On aura pour mémoire le retard considérable dans le démarrage des grands travaux de la commune (Salle des fêtes, gymnase…).

En conclusion :

– La dette ne diminue pas malgré les promesses de campagne de M. le Maire en 2014.
– Les prétendus investissements 2019 sont en réalité composés à 40% de dépenses non payées en 2018.
– La municipalité continue d’emprunter alors qu’un résultat excédentaire démesuré n’est pas utilisé.

Le Péronnet : un quartier oublié

Jusqu’en 2014, le quartier du Péronnet était animé par l’association Espoir pour un Enfant. Une association à caractère social, animée par des Vernaisonnais, pour des Vernaisonnais, dans un quartier réputé parfois difficile.

Ecoute, action sociale, éducation et enseignement de valeurs rythmaient l’action menée par les bénévoles. A son arrivée en 2014, M. Le Maire s’empressa de mettre fin à l’activité de l’association, qu’il ne trouvait sans doute pas prioritaire, et sans pour autant proposer d’alternative.

Pourtant, dès 2015 la situation se dégrada rapidement, dans le silence le plus total de la municipalité.

Nuisances, dégradations, incivilités

Les habitants en attestent, le quartier sombre petit à petit dans le chaos. Poubelles incendiées (on se rappellera cette poubelle qui avait pris feu juste au-dessous d’une conduite de gaz en 2018), voitures brûlées, rodéos nocturnes et veillées sans fin qui exaspèrent les riverains, incapables de fermer l’œil de la nuit, mais également feux d’artifices sauvages déclenchés en plein cœur du quartier, sans aucune sécurité. Plus grave encore, les injures, menaces, intimidations dont ont été victimes certains Vernaisonnais du quartier. 
4 ans que les constats sont les mêmes, que les patrouilles des forces de l’ordre sont trop peu nombreuses et que l’impunité la plus totale s’est installée. Qu’a fait le maire depuis son élection si ce n’est mettre fin au fonctionnement d’une association de terrain, une association locale qui plus est, une association qui œuvrait au cœur du quartier et dont tout le monde espère un retour ?  Cette situation est clairement honteuse.

Les propriétaires se désolent

Rue de la Chapelle, les appartements ne trouvent plus preneur. Un an, c’est la durée de vacance de certains logements. Les propriétaires ne décolèrent pas devant la chute de la valeur immobilière de leur bien, parfois même devenu… invendable. Entre squat et pillage des terrasses, les logements en rez-de-chaussée sont les plus marqués par la situation.

Le message des habitants est là encore unanime : « Le maire ne fait rien ». D’ailleurs, plus personne ne compte les courriers électroniques, les appels en mairie, les interpellations du maire et des élus pour dénoncer une situation devenue invivable, surtout lorsque les beaux jours arrivent.

Notre groupe d’opposition, parfois directement mis en copie des messages adressés à la municipalité par les riverains, en atteste.

Si les habitants du quartier se sentent délaissés, ils conservent néanmoins la volonté et l’espoir d’améliorer la situation. Accompagnons-les et donnons-leur les moyens de restaurer une véritable vie de quartier, garante de la cohésion sociale et du respect de chacun.

Les travaux d’enfouissement

La modernisation des réseaux d’évacuation d’eau, poursuivie par l’équipe municipale actuelle et en lien avec les services de la Métropole, était une démarche fondamentalement nécessaire. Il s’agissait clairement de mettre un terme aux problèmes d’inondations à Vernaison, que ce soit dans le secteur de la Fée des Eaux, où nombre de riverains étaient impactés par la montée des eaux ou au bas des Gaupières, vers le giratoire, face à Jumfil. Les Vernaisonnais regretteront néanmoins le manque d’informations sur de tels travaux et sur l’impact en matière de circulation. Ils retiendront également l’absence d’anticipation dans la gestion des problématiques engendrées par la modification des flux de circulation. Entre vitesse excessive sur la route de Charly ou le chemin du Pelet et présence d’imposants poids lourds, les nuisances routières auront été gérées à la petite semaine.

Pour la communication : cinq réunions publiques ultra sectorisées qui auront visé les riverains concernés par la proximité des travaux, le calendrier du chantier sur le panneau lumineux et sur le bulletin municipal également, mais pas d’informations complémentaires comme l’ouverture du chemin des Gaupières avant la date annoncée. Par ailleurs, les habitants des secteurs proches des travaux mais non directement concernés se plaignent du manque d’intérêt à leur égard, notamment parce qu’ils sont eux aussi impactés par le trafic routier provoqué des suites des différentes fermetures. Si le Chemin des Rivières ferme en mai, quelles seront les conséquences sur les secteurs résidentiels adjacents ? Les riverains s’interrogent et se plaignent de trop souvent s’être retrouvés devant le fait accompli.

Sur son programme électoral de 2014, M. Vaganay et son équipe promettaient des réunions de quartiers. Des réunions que beaucoup de Vernaisonnais attendent encore en 5 ans de mandat. Dans le cas des travaux, des concertations de proximité sur les problématiques quotidiennes des riverains, sur les sens de circulation et sur les itinéraires conseillés auraient été une bonne chose. Les habitants attendent d’ailleurs toujours la mise en place d’un certain plan de circulation qui fût l’un de ses grands thèmes de campagne, prévu en début de mandat et annoncé à coup de réunions publiques…

Depuis le début des travaux, M. Le Maire a été affublé de questions légitimes de la part des riverains. Des questions pour lesquelles il aura bien souvent fait porter la responsabilité des désordres locaux sur la Métropole, oubliant qu’il est de son devoir d’être le lien direct entre celle-ci et les Vernaisonnais et qu’à défaut d’être expert en voirie à la Métropole de Lyon, il en est lui-même élu… dans la majorité.

La boîte de Pandore

En votant pour la sortie du domaine forestier de 28 hectares de parcelles communales, sur l’Ile de la Table Ronde, la majorité aura ouvert la porte à une multitude d’opportunités quant à l’avenir de ce site boisé. La menace d’une implantation de la pépinière Chapelan pèse toujours sur cette île verte, remarquable porte d’entrée de notre ville.

Celle-ci représente un atout indéniable pour Vernaison, à l’heure où l’urbanisation s’intensifie tant et plus et où les appels au respect de l’environnement n’ont jamais été aussi nombreux.

Quelle vue depuis les hauteurs de Vernaison ? Quelle barrière acoustique contre les nuisances sonores que représentent l’autoroute et la gare de triage ? Quelles compensations en matière de plantations ?
Nombreuses sont les questions que se posent les visiteurs réguliers de ce site mis en danger par l’indifférence de certains décideurs.

Enfin, quels autres projets d’aménagement pourraient se cacher derrière une mutation du PLU-H ?

Le groupe municipal d’opposition Ensemble pour Vernaison vient de demander officiellement au Maire un reclassement des parcelles menacées.

Contactez-nous